L'instrumentHistoriqueLes musiciensLa musiqueDivers
 


L'instrument

Premiers témoignages
Une seule corde
Un nouveau système
Une influence majeure

Ragini Todi




Ragini Todi,
école moghole,
fin 17e siècle,
Berlin,
Museum für
Islamische Kunst
 

L'oeuvre d'art d'un artisan
 
 

Un savoir-faire en péril
La pratique de la bin ayant aujourd'hui pratiquement disparu du sous-continent, sa fabrication connaît par voie de conséquence un sort comparable. La ville de Miraj (Maharashtra), connue des musiciens pour ses artisans spécialisés dans la fabrication de sitar et de tanpura, possédait il y a encore peu de temps quelques luthiers qui produisaient occasionnellement des bin traditionnelles.
Voir l'image en grand format (68 Ko)
Murari Mohan Adhikari chez lui
présentant une bin en cours de fabrication.
 
       Dans la seconde moitié du 19e siècle, Calcutta devint un centre de facture instrumentale réputé et conserva jusqu'à nos jours une grande renommée.

Murari Mohan Adhikari
est aujourd'hui le dernier représentant d'une famille de luthiers de Calcutta devenue célèbre dans les années 30 sous le nom de Kanailal and Brother.

Apprécié pour la qualité de ses instruments, cet atelier, créé en 1882 par Damodar Adhikari, le grand-père de Murari, produisit principalement des sitars, surbahar et bin (ainsi qu'autrefois des sarod et esraj) pour les plus grands instrumentistes (Enayet Khan et ses fils Vilayat et Irmat Khan, Mushtaq Ali Khan, Ravi Shankar).

Voir l'image en grand format (70 Ko)
Les différentes parties constitutives d'une bin avant assemblage.

En 1960, en collaboration avec Ustad Zia Mohiuddin Dagar, Murari mit au point une bin dont le tube en bois de teck, les larges frettes, les volumineux résonateurs, la tension et la section importante des cordes, conféraient à l'instrument un timbre proche de celui de la voix, tel que le recherchait Z. M. Dagar. Murari réalisa également au début des années 80 une bin traditionnelle pour Asad Ali Khan.

Voir l'image en grand format (67 Ko)
Govinda dans l'atelier de Chitpur Road.

Quarante ans durant, Murari et son cousin Govinda poursuivirent l'œuvre de leur père et grand-père, produisant nombre d'instruments aujourd'hui dispersés de par le monde, certains d'entre eux étant conservés dans des musées.
Voir l'image en grand format (37 Ko)
Murari babu examinant
les reproductions de bin
conservées au musée de la Musique
de Paris.
  Voir l'image en grand format (54 Ko)
Atelier Kanailal and Brother,
Chitpur Road, Calcutta.

L'atelier de Chitpur Road ferma définitivement ses portes en 1995 sans que Murari et Govinda n'aient transmis leur savoir à une nouvelle génération.
Aujourd'hui à la retraite, Murari fabrique ou répare encore à la demande et selon son humeur quelques instruments.
Hélas, il est fort probable que lorsqu'il aura définitivement cessé ses activités, c'est une somme unique d'expérience et de savoir-faire qui aura disparu pour longtemps.

 

 
Retour en haut Page précédente Page suivante