L'instrumentHistoriqueLes musiciensLa musiqueDivers
 


L'instrument

Premiers témoignages
Une seule corde
Un nouveau système
Une influence majeure

Ragini Todi




Ragini Todi,
école moghole,
fin 17e siècle,
Berlin,
Museum für
Islamische Kunst
 

Galerie de portraits
 
 

Quelques portraits de bin particulièrement remarquables.

Voir l'image en grand format (31 Ko)
Bin datant du 19e siècle et ayant appartenu à
Musharaf Khan.
Government Museum, Alwar, Rajasthan.
L'ensemble de l'instrument a été doré à la feuille.
Le résonateur de gauche a été restauré et un effet cuivreux est ultérieurement apparu lui donnant cet aspect verdâtre.
Voir l'image en grand format (43 Ko)
Bin, 19e siècle.
Aurait appartenu au légendaire Bande Ali Khan.
Kelkar Museum, Pune, Maharashtra.
Voir l'image en grand format (39 Ko)
Bin, 18e siècle, Rajasthan.
Musée de la musique, Paris.
Voir l'image en grand format (39 Ko)
Ranjani-vina, 19e siècle.
Indian Museum, Kolkata, Bengale.
Cet instrument, qui connut une existence éphémère, fut conçu par le musicologue Raja Saurindro Mohum Tagore.
Il possède un manche, des frettes et un chevalet semblables à ceux du sitar.
Voir l'image en grand format (30 Ko)
Bin, 18e siècle, Bundi?, Rajasthan.
Musée de la musique, Paris. Ici, le résonateur de gauche est en papier mâché.
Voir l'image en grand format (36 Ko)
Bin, 19e ou 20e siècle,
Kolkata, Bengale.
Cette bin a appartenu à Dabir Khan.
Voir l'image en grand format ('' Ko)
Bin, 17e siècle?, Bikaner?, Rajasthan.
Musée de la musique, Paris.
Cet instrument exceptionnel ne possède que trois trous de cheville. Cette caractéristique, ainsi que les hautes frettes en bois, sont mentionnées par Abul Fazl dans sa chronique de l'empereur Akbar (1593). Malheureusement le cordier sculpté en forme d'oiseau, ainsi que les chevilles, sont manquants.

En cliquant sur chaque image vous pouvez voir la photo en grand format.
 
Retour en haut Page précédente