Les résonateurs
Les résonateurs des vina anciennes ne possédaient qu’une seule ouverture à leur base, le sommet n’étant protégé de la pression exercée contre le tube que grâce à un petit disque de bois convexe ou une calotte faite dans l'écorce d'une noix de coco, plaqués contre la paroi intérieure de la courge.
Les textes médiévaux précisent que les résonateurs étaient maintenus contre le tube à l’aide d’une cordelette qui traversait le tube, l’épaisseur de la courge puis le centre du disque avant d’être ensuite fermement torsadée et bloquée contre la paroi par un petit taquet de bois. Plus tard, ce système a été remplacé par une tige métallique filetée fixée au tube et qui traverse le résonateur, l'ensemble étant solidarisé par un écrou vissé contre le disque de bois.